Loi Carrez

Loi Carrez

En cas de vente d’un bien immobilier, la législation impose d’indiquer précisément sa surface habitable. En cas d’erreur de mesurage, la sanction peut être très sévère pour le vendeur incriminé.

En réalisant le métrage en même temps que les diagnostics obligatoires du bien à vendre ou à louer dans la région d’Alès (30), Dimo Diagnostic vous permet de gagner du temps et de la sérénité dans vos engagements contractuels.

La loi Carrez, ou loi n 96-1107 du 18 décembre 1996 a pour rôle premier la protection des acquéreurs de lots de copropriété. Lors d’une mutation immobilière, cette loi impose au vendeur d’un lot de copropriété (ou d’une fraction de lot) d’en mentionner la superficie privative. Promulguée sous le gouvernement Alain Juppé, elle porte le nom de son auteur Gilles Carrez. Elle ne s’applique pas dans le cas de l’achat sur plan, ni à l’achat de terrains à bâtir.

Art. 4-1. – La superficie de la partie privative d’un lot ou d’une fraction de lot mentionnée à l’article 46 de la loi du 10 juillet 1965 est la superficie des planchers des locaux clos et couverts après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d’escalier, gaines, embrasures de portes et de fenêtres. Il n’est pas tenu compte des planchers des parties des locaux d’une hauteur inférieure à 1,80 mètre.

4-2. – Les lots ou fractions de lots d’une superficie inférieure à 8 mètres carrés ne sont pas pris en compte pour le calcul de la superficie mentionnée à l’article 4-1. Cela peut être le cas d’une chambre de bonne.

Enfin, les caves, garages, emplacements de stationnement, boxes, greniers non aménageables ou places de parking ne sont pas comptabilisés.

Les biens concernés :

Biens en copropriété destinés à la vente.

Validité :

Illimité si aucun changement de surface